Le 28 Nov 2008 à 05:25 GMT+1,
Castel yvdnn.castel_chez_orange.fr a écrit :

Neuvaine à l'Ange de Jésus

Neuvaine à l'Ange de Jésus,
Guy de Fontgalland
(1913-1925)

A réciter de préférence du 30 novembre au 8 décembre 2008 à l'occasion du 95è anniversaire de sa naissance.


Premier jour
Notre Père... Je vous salue Marie...

Guy de Fontgalland,
qui avez partagé vos bonheurs avec les malheureux
et ajouté la noblesse à la charité en les secourant,
donnant en plus de l'argent de poche qui venait de vos parents,
une poignée de main qui venait de vous,
soyez mon protecteur sur cette terre.
Vous qui avez plaidé pour les autres, comme votre père avocat,
mais devant Dieu dont vous contemplez la face
et qui avez obtenu nombre de grâces et de guérisons,
soyez mon intercesseur au Ciel.

Deuxième jour
Notre Père... Je vous salue Marie...

Petit lys si pur,
qui avez manifesté pour vous et pour les autres
une pudeur excessive qui était un appel à la véritable pureté,
que vous avez conservée dans la prière, la confession et la mortification
et par l'examen quotidien de votre conscience en compagnie de votre petit frère,
afin que l'innocence ne se confonde pas avec l'ignorance,
apprenez-moi la pénitence.

Troisième jour
Notre Père... Je vous salue Marie...

Parfait croisé de l'eucharistie,
qui avez ardemment prié et communié, aimé le Saint-Père
et fait chaque jour de petits sacrifices pour l'amour de Jésus,
comme autant de pétales jetés sur le chemin de la Sainte-Table
où vous avez conduit à votre suite les plus jeunes,
de même que vous avez escorté le Petit Jésus
en procession du Saint-Sacrement,
faites de moi un apôtre de la communion.

Quatrième jour
Notre Père... Je vous salue Marie...

Ange missionnaire,
qui avez souhaité, avant l'âge de raison, imiter Jésus en tout,
jusqu'à retirer vos gants puisqu'Il n'en portait pas,
qui avez désiré L'aimer toujours plus que tout
et résolu, pour le prouver, de tout quitter pour Lui
et devenir son prêtre.
Vous qui avez regretté de ne pas connaître le latin pour mieux suivre la messe,
qui avez imaginé fabriquer un avion pour évangéliser le monde
et qui avez suscité tant de conversions et de vocations,
depuis que Jésus fit de vous son Ange,
donnez-moi une semblable confiance en la Sainte Eglise.

Cinquième jour
Notre Père... Je vous salue Marie...

Garçon loyal et franc,
qui avez refusé le moindre mensonge,
au point de révéler de vous-même vos fautes
et de faire la leçon aux petits et aux grands,
mais qui avez refusé aussi de dénoncer les autres ou même d'en dire du mal
et qui avez gardé le secret de votre fin prochaine pour ne pas attrister vos proches,
donnez-moi un tel esprit de vérité
qui distingue celle qui ne fait pas plaisir de celle qui fait mal.

Sixième jour
Notre Père... Je vous salue Marie...

Petit serviteur de Dieu,
qui avez accepté de mourir jeune pour mieux vous unir à Lui
répondant à son annonciation par un simple 'oui',
que vous trouvez le plus beau mot qu'on puisse dire à Dieu,
et qui avez attendu l'agonie et affronté la mort
avec l'espérance de joyeuses retrouvailles.
Vous qui vous êtes détaché des choses de ce monde,
qui vous émerveillait pourtant à l'exemple de votre savant aïeul,
pour vous évader en Jésus dans le paradis,
inspirez-moi un pareil abandon à sa volonté.

Septième jour
Notre Père... Je vous salue Marie...

Cher petit Guy,
qui avait suivi précocement la petite voie de Thérèse
sur laquelle son parfum de sainteté guida vos pas,
et qui avez gravi à genoux le chemin de Croix
de la grotte de Lourdes où votre Maman du Ciel
promit de vous emmener là-haut tout droit.
Vous qui avez détesté qu'on vous remarque
pour n'être regardé que par Dieu
et qui avez combattu la prétention par la simplicité et la colère par la douceur,
faites-moi suivre vos traces sur le chemin de l'humilité.

Huitième jour
Notre Père... Je vous salue Marie...

Fils très aimant de Notre-Dame,
qui avez eu le péché en horreur parce que c'est à cause de lui
que Jésus a tant souffert pour nous et sa Mère tant pleuré,
qui avez souffert volontiers par amour de Lui
et qui avez promis à votre mère de lui envoyer du Ciel
des croix qu'elle devrait pareillement supporter,
enseignez-moi le sacrifice.

Neuvième jour
Notre Père... Je vous salue Marie...

Ange de Jésus,
qui avez vécu dans son intimité dès votre plus jeune âge
et causé avec Lui comme à un ami,
que vous avez écouté et savouré,
soyez mon messager.
Vous qui avez protégé les plus faibles sans vous défendre vous-même,
qui avez été souvent incompris et parfois moqué
et qui avez pardonné sans garder rancune,
soyez mon ange-gardien.

RépondreRépondre en citant

Retour au forum "OREMUS"